3 trucs pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant

L’estime de soi… Tout le monde est d’accord pour dire qu’elle est essentielle mais savons-nous exactement ce que c’est? Et comment la favoriser chez nos enfants?

Nous sommes, en général, plus à l’aise avec le concept de « confiance en soi ». Qu’il s’agisse de la confiance en soi ou de l’estime de soi, nous les connaissons surtout par leur absence: « Mon enfant n’a pas confiance en lui » « Ma fille n’est pas sûre d’elle » « Il manque de volonté » « Elle se trouve nulle  » tant de petites phrases qui caractérisent une faible estime de soi et une faible confiance en soi.

L’estime de soi peut être définie comme le sentiment intime qu’a une personne de sa valeur et de sa capacité à être aimable (dans le sens d’être aimée).

La confiance en soi découle de l’estime et correspond au sentiment d’avoir la capacité à répondre avec succès aux exigences et se débrouiller, d’adapter, réussir ce que l’on entreprend. Un enfant qui a une bonne estime de soi sait qu’il est capable et fiable.

Vous ne savez pas si votre enfant a une estime de soi élevée ou faible?
Voyez comment votre enfant évalue ses propres capacités. Si votre enfant est enclin à dire «je ne peux pas le faire, c’est trop dur», et d’abandonner, ou s’il évite défis, alors vous êtes probablement face à un problème d’estime de soi.

Si votre enfant est constamment en train de dire  des choses comme «Je n’ai pas d’amis» ou «Tout le monde est meilleur que moi », alors il peut souffrir d’une faible estime de soi.

Gardez à l’esprit que tous les enfants – et les adultes – ont des sentiments comme cela parfois. Mais si ces sentiments et ces pensées se produisent assez fréquemment, et engendrent de la douleur et de la détresse, alors vous aurez envie d’aider votre enfant à reconstruire son estime de soi. Construire l’estime de soi commence tôt, mais c’est un long processus.

Que pouvez-vous faire pour construire l’estime de soi de votre enfant?
Voici quelques idées qui peuvent fonctionner.

RECONNAÎTRE SA VALEUR ET SES COMPETENCES

« Faut pas trop lui dire qu’il/elle est intelligent, car aprèsil/elle va prendre la grosse tête. » Qui n’a jamais entendu cette petite phrase?  En réalité, cela dépend de la manière dont vous valorisez votre enfant.

Evitez les faux éloges, ou la surenchère de compliments. Si un enfant n’a clairement pas de talent dans l’art, ne dîtes pas que c’est un futur Picasso.

Ensuite, ne félicitez pas seulement pour les résultats; N’oubliez pas de valoriser l’effort et le travail que votre enfant a fourni pour arriver au résultat. Car même si les résultats ne sont pas top, reconnaitre l’effort et les progrès (même si votre enfant passe de 7/20 à 9/20 en maths) va aider votre enfant à garder une bonne image de lui et l’encourager à poursuivre ses efforts; efforts qui déboucheront surement sur une plus grande réussite.

Valoriser les comportements  » Whouaa!!! je trouve ça tellement gentil que tu aies aidé ta soeur » « J’ai vu tout les efforts que tu as fait pour préparer ton contrôle et je suis fière de ta persévérance ! » plutôt que sa personne pour éviter à l’inverse de le dénigrer et de le rabaisser quand il adopte des comportements négatifs. Il n’y a rien de pire pour l’estime de soi que les jugements de valeur tels que « Tu es égoïste » « Tu es trop feignante ! » « Tu es méchant « . Ces jugements rabaissent votre enfant et l’enferment dans une définition négative de lui-même. A la place,vous pouvez dire: « Tu n’as pas voulu prêter ton jouet. C’est important d’être généreux et de partager. je sais que c’est difficile mais je vais t’aider à y arriver. La prochaine fois, je te demande de partager tes jeux. » ou encore « Je vois bien que tu n’arrives pas à travailler et que tu manques de motivation. Voyons comment nous pouvons t’aider à t’y mettre. » « Tu as mordu ton camarade de classe. C’est interdit car ça fait très mal. Je veux que tu arrêtes de faire ça car c’est mauvais pour toi. Voyons ce que tu pourrais faire pour exprimer ta colère différemment. »

Vous avez compris le principe?

Mais rappelez-vous – l’éloge n’est ni bon ni mauvais. Ce qui importe est de savoir comment la louange est livrée et à quelle fréquence. Pas trop de louanges sans fondements et surtout pas de paroles dénigrantes et dévalorisantes.

ENCOURAGER LA CURIOSITE

En tant que parent, vous avez la possibilité d’encourager la curiosité de votre enfant.
Les enfants sont naturellement curieux. C’est pourquoi les très jeunes enfants posent la question « pourquoi ?  » tellement souvent. Et c’est merveilleux de voir ce petit être explorer le vaste monde. Sauf qu’au bout du 12549 ème « pourquoi ? », nous sommes tentés de couper court à l’exploration car il faut avouer que c’est un peu agaçant quand même.

Quand nous répondons à leurs questions avec sarcasme ou par un « parce que c’est comme ça  » systématique, nous risquons de diminuer leur intérêt et le plaisir dans la découverte du monde. Avec ce genre de réaction, notre enfant peut penser que son intérêt n’a pas assez de valeur ou être blessé car il pensera qu’il n’est pas intéressant.
Idem pour les parents qui ont la réponse à tout et apparaissent comme les détenteurs du savoir universel; ce qui peut filer des complexes à votre bambin et le couper de sa capacité à se questionner.

Ce qu’on en dit: « La curiosité est un merveilleux défaut ». Encouragez-le à poser des questions. Plutôt que de répondre systématiquement, posez lui la question : « Et toi, qu’en penses-tu? ».

REHABILITER LE DROIT A L’ERREUR

L’estime de soi de votre enfant dépend directement de la façon dont vous considérez les erreurs (les siennes, les vôtres). Si vous êtes plutôt du genre perfectionniste, que vous êtes très perméable à la pression de la société et au pessimisme ambiant sur l’avenir, il y a de fortes chances que vous ne laissiez pas trop le droit à votre enfant de se tromper.

Vous serez vite agacé s’il n’arrive pas à faire ses exercices du premier coup, à lacer ses chaussures en un temps record etc.Si vous lui sautez dessus à chaque erreur et portez un jugement négatif, votre enfant va être atteint dans sa confiance en sa capacité à « bien faire ». Il aura, dès lors, beaucoup de mal à vouloir retenter l’expérience de peur d’échouer à nouveau et de se faire gronder.  Autant que possible, abstenez-vous de déterrer les erreurs du passé. Quand un enfant fait une erreur, concentrez-vous sur la façon d’y réagir correctement. Posez des questions comme «Qu’est-ce qui s’est passé là? Que penses-tu que tu pourrais faire différemment la prochaine fois? « 

Créez un lien bienveillant avec votre enfant et encouragez-le à se servir de ses erreurs comme tremplin pour mieux faire la prochaine. Sachant qu’on peut toujours réparer ses erreurs et que l’apprentissage de la vie passe par l’essai, l’erreur et l’ajustement.
Montrez-lui également qu’il vous arrive de vous tromper et sachez demander pardon. Vous êtes son meilleur exemple. Un enfant qui sait qu’il a le droit de se tromper et que ce n’est pas la fin du monde aura envie de tenter plein de choses nouvelles et persévérera plus facilement dans les efforts. C’est la base d’une bonne estime et d’une bonne confiance.

Et vous? Vous vous situez où question estime et confiance? Les parents sont les modèles pendant longtemps de leur enfant. Si vous affichez une bonne estime et une bonne confiance, que vous êtes optimiste et humble, votre enfant verra que c’est possible !

Attention big brother is watching you!!! votre enfant observe vos moindres faits et gestes qui sont souvent plus parlants que les mots eux-mêmes.

Pour aller plus loin : « Apprendre autrement avec la Pédagogie positive » d’Audrey akoun et Isabelle Pailleau aux éditions Eyrolles

Sachez encourager votre enfant article du Parisien

26 réflexions au sujet de « 3 trucs pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant »

  1. je suis fan de cet article, j’ai pris un congés parental pour justement essayer de donner des bases solides dans l’envie de découvrir et ses capacités… on verra, pour le moment… je la trouvé douée ma fille :-)

  2. Bonjour,
    Je viens de lire cet article super intéressant, qui nous montre mieux comment approcher nos enfants (petits-enfants)… Je vais continuer à lire d’autres articles de votre site qui me paraît super. Un tout grand merci et … Bonne année 2013. :o)

  3. je me retrouve complètement dans cet article autant la ptite enfant en manque de confiance face à un parent qui était trop exigeant… autant en tant que maman où je m’efforce d’éduquer mes enfants dans l’apprentissage positif… il est difficile d’être parent « parfait » mais grâce à mes bouts de choux, j’ai repris confiance en moi et suis fière de ce qu’ils sont ;-)

  4. aaaah quel bonheur de lire de tels articles…ceci dit, ma fille de bientôt 5 ans ne supporte pas de ne pas arriver à faire, ne supporte pas de se tromper, elle se met dans des colères folles….et là j’ai beau essayer de l’aider à comprendre que l’erreur n’est pas grave, qu’on peut trouver d’autres manières de faire et qu’on y arrivera peut être la prochaine fois..ben c’est PAS GAGNE!!! merci encore pour ce dossier!

  5. bonjour, je suis maman de 4 enfants, et étudiante en éducation spécialisée en accopagnement psycho-éducatif, je viens de découvrir votre blog et un merveilleux outil de travail;
    merci de partager votre savoir.
    valérie

  6. Bonjour et merci pour cet article,
    Je travaille également sur ce constat, mais à l’âge adulte : la plupart des mes clients consultant pour la gestion du stress ou des émotions possèdent à la base une faible estime d’eux-mêmes. J’observe qu’à l’âge adulte, cela entraîne un comportement excessif (insatisfaction chronique, recherche de la perfection, fatigue et dépassement constant des limites) ou bien à l’inverse une dévalorisation complète de soi avec sentiment d’inutilité. Si le sujet vous intéresse, voici l’article que j’ai rédigé sur le sujet : http://stopaucontrole.com/ce-que-coute-la-recherche-de-perfection/ J’y partage l’hypothèse selon laquelle, le manque d’estime de soi participe à la façon dont le sentiment d’insécurité nous influence aujourd’hui. Je vais d’ailleurs y recommander votre article car il est très bien fait et donne des outils concrets.
    Pour participer à l’organisation de stage de self défense, nous constatons également que les enfants apprennent rarement à savoir se protéger (physiquement mais aussi protéger notre estime). Je pense que nous devrions apprendre dès le plus jeune âge à répondre à notre besoin de sécurité, ce qui viendrait renforcer notre confiance pour, plus tard, avancer sereinement dans les étapes de la vie.
    J’aime beaucoup votre blog, je viens m’y balader avec plaisir!
    Carole

  7. bonjours ;vous venez de m’aider a comprendre ma fille de 6ans qui n’arette pas de dire personne ne m’aime ,
    personne ne veux jouer avec moi…merci

  8. Waouh! Comme ex-enseignante, j’adhère totalement. J’ai toujours seriné à mes élèves qu’ils avaient le droit à l’erreur, qu’un enfant tombe 2000 fois avant de marcher, qu’ils pouvaient évidemment se tromper puisqu’ils étaient en apprentissage mais que, une fois expliquée leur erreur, ils se devaient d’être vigilants et ne plus la commettre. Ce message passait toujours mais c’est avec les parents que cela « coinçait ». La performance, être le meilleur, le premier, tant d’idées préconçues qui les empêchaient d’être à l’écoute de leurs enfants. Je disais aussi à mes « petits » qu’ils étaient rares, particuliers, exceptionnels et importants et que chacun arrive au but à son rythme. J’ai eu la chance d’être détachée sur une zep, d’avoir du temps et des objectifs autres que terminer les programme..

    • bjr je suis mme benyoucef je suis enseignante je suis kabyle d’algerie je suis entierement d’acord avec toi ce sont les parents qui detruisent leurs enfants .seulement c tres dommage pour mes enfants qui ont maintenant 22 et 15ans que je pense n’ont pas de confiance en soi comment ratraper le retard .merci beaucoup

  9. Je suis d’accord avec la grande majorité de l’article. De mon côté, justement pour permettre à mes enfants de construire leur propre estime et que celle-ci ne dépende pas de mon regard, je ne leur dis jamais que je suis fière d’eux (ou presque! c’est difficile…) mais « tu dois être très fier(e) de toi » ou « tu peux être très fier(e) de toi » quand ils ont réussi quelque chose ou fournir un effort important.
    C’est un détail mais je trouve que ça a son importance!

  10. Ping : Fabrice Luchini (1951) / Louis Ferdinand Céline (1894-1961) § estime de soi chez l’enfant | CultURIEUSE

  11. Je suis en grande partie d’accord avec cet article et je vous partage mon expérience de ma fille qui voulait faire du chant alors qu’elle chantait si mal et si faux que j’avais mal au cœur pour elle quand elle me disait qu’elle voulait faire de la chanson. Bien-sûr que je ne l’ai jamais rabaisser, mais j’ai mis en application cette phrase de l’article: Evitez les faux éloges, ou la surenchère de compliments. Si un enfant n’a clairement pas de talent dans l’art, ne dîtes pas que c’est un futur Picasso.
    Et pourtant les années passant ma fille n’en démordait pas, et j’ai fini par l’inscrire à un cours de chant, je voulais qu’elle se rende compte d’elle même qu’elle n’était pas faite pour sa.
    Et bien qu’elle ne fut pas ma surprise déjà de voir son bonheur à son premier cours et de m’entendre dire par son prof dés son deuxième cours votre fille à un don innée pour la chanson, il faut simplement lui apprendre à l’exploiter!
    Woooo qui l’aurais cru, pas moi!!! Je l’ai inscrite à des cours de chants pour qu’elle ne poursuive pas un rêve irréalisable, et c’est le contraire qui c’est produit!
    Avant j’avais mal au cœur pour elle, aujourd’hui je pleure de joie et d’émotion à chacune de ses représentation.

  12. bonjour,
    je viens de terminer votre livre « apprendre autrement avec la pédagogie positive » que j’ai adoré. je suis maman de deux enfants « dys » avec tous les problèmes et inquiétudes que cela comporte et vous avez su me redonner confiance et de l’énergie pour aider mes enfants. votre ouvrage est simple à lire, percutant et plein d’humour ! un grand merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s